Biographie

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter3Share on Google+0Email this to someone

Bernard Monot, né le 3 juillet 1962 à Nice (Alpes-Maritimes), est un économiste et homme politique français issu de la société civile, depuis 2006 il est conseiller spécial du Front National en charge de la stratégie économique et tête de liste Front National / Rassemblement Bleu Marine aux élections européennes de 2014 dans la région Massif Central – Centre.

Origines et études :

Fils d’assureur et d’ancien combattant de la 1ére armée Française (1944), Bernard Monot fait ses études secondaires au Lycée Stanislas à Nice, puis après un court passage en faculté de Médecine, il se réoriente vers une école supérieure de commerce à Paris pour finir par un diplôme de 3eme cycle de DESS Economie- Finance-Banque (Master) à l’université d’Aix-Marseille. Son mémoire porte alors sur la notion de création de valeur et sur l’approche scientifique par  les modèles de  rentabilité économique et financière. Dans le cadre de la formation professionnelle continue, il effectuera un parcours HEC Executive Management.

Vie professionnelle :

Bernard Monot a effectué toute sa carrière comme praticien des marchés financiers et analyste des risques opérationnels dans différents cabinets et établissements financiers : Administrateur judiciaire, HSBC (ex CCF), Allianz group (ex AGF), Natixis Asset Management (BPCE) et depuis 2008 au sein d’une « institution financière » française.

Ses compétences professionnelles vont de l’analyse économique à la gestion financière des entreprises, en passant par la stratégie d’investissement, l’actuariat, l’économétrie et la gestion actif/passif.

Bernard Monot se considère comme un économiste « libertarien» fondé sur le bon sens et le pragmatisme. Il défend les principes de « l’économie de marché » protégée et régulée raisonnablement dans le cadre d’un «Etat de droit» compétent qui maitrise les risques systémiques extérieurs, pour l’intérêt général et le bien commun des citoyens. Il est inspiré en partie par Jacques Rueff, Friedrich Hayek, Ludwig von Mises et Maurice Allais (seul Prix Nobel d’économie Français).., donc sa pensée économique est assez proche de « l’école d’économie autrichienne », entre autres, mais dans la limite des droits souverains et des fonctions régaliennes d’un Etat-nation, ni interventionniste, ni étatiste.

Il se dit opposé aux modèles macro-économiques, tant « ultralibéral» que « anticapitaliste » (marxiste), qui dans les deux cas visent à annihiler complétement le rôle de la nation et de ses frontières, au profit d’un système bancaire privé mondial. Au contraire, il est pour un dispositif national d’entreprises et de banques à système coopératif, détenues par des citoyens-sociétaires.

Bernard Monot est l’adversaire des politiques économiques issues des  idées de « l’école de Chicago » ainsi que keynésiennes, dont l’application est destructrice des richesses nationales et sont remises en cause par les crises à répétition depuis les années 1970.

Parallèlement à sa carrière, il fait partie de cercles de réflexions, qui s’inquiètent des problèmes récurrents de la France dans le domaine de l’économie et du social. Ses travaux de recherche personnelle lui permettent de conclure en 2005 à l’avènement proche d’une grande transformation mondiale du modèle macro-économique.

Parcours politique :

Bernard Monot adhère au Front National en 1989 et le conseille à partir de 2006, sous le pseudonyme de Nicolas Pavillon (anonymat professionnel), via la Commission Economie et Budget qu’il codirige avec les professeurs Jean-Richard Sulzer et Bruno Lemaire. Dès 2007, anticipant l’éclatement d’une crise bancaire et financière, il élabore un « plan anti crise » qui sera adapté en 2008 sous la forme du programme de « patriotisme économique » avec Jean-Richard Sulzer et Thibault de La Tocnaye,

Il est plus particulièrement chargé des affaires économiques, monétaires et bancaires de la zone euro.

En 2011, il modélise un « plan de désendettement de la France » que Marine Le Pen, alors candidate à l’élection présidentielle, et Jean-Richard Sulzer présenteront officiellement lors d’une conférence le 12 janvier 2012.

Il est également l’initiateur de la doctrine du Front National sur la monnaie, le financement de l’Etat, l’emploi et les retraites.

Il dispense également des conférences d’économie-politique ainsi que des formations sur les marchés financiers dans les écoles de formation professionnelle.

Le 24 février 2014, à l’occasion d’une conférence de presse à Chartres, Marine Le Pen présente Bernard Monot à la presse et l’annonce officiellement comme tête de liste du Front National / Rassemblement Bleu Marine pour les élections européennes de 2014 dans la région Massif Central – Centre.

Bernard Monot 2014 - Mentions légales